Critique plubliée le 11 juillet 2018

The Dungeon of Black Company

De Youhei Yasamura (Komikku)

Ne vous fiez pas à son apparent côté heroic fantasy, « The Dungeon of Black Company » est un manga sur le monde de l’entreprise ! Alors qu’il règne en tant que rentier (ou NEET) dans le monde des humains, Kinji est projeté dans un monde fantastique où il devient simple ouvrier parmi d’autres créatures exploitées ; se tuant à la tâche chaque jour dans des travaux forcés. Adieu la vie confortable et les rentes convenables ; ici le travailleur sert les valeurs de son entreprise sans jamais poser de questions ! Mais, même sans le moindre pièce de monnaie et avec une dette colossale, Kinji est plein de ressources et son esprit entrepreneurial va reprendre le dessus pour lui permettre de tirer le meilleur de ce monde magique et des individus qui l’habitent ; des simples trolls, reptiles, fourmis jusqu’aux monstres énormes aux dents acérées… Première œuvre traduite de Youhei Yasumura, « The Dungeon of Black Company » est une sorte de manuel étrange de création de société chez les gobelins ; exit les quêtes, les beaux discours d’amitié et les voyages merveilleux, Kinji est un capitaliste qui s’assume et qui serait prêt à tout pour faire fleurir son porte-monnaie, jusqu’à faire perdre la vie de tous ses compagnons ! Publiée chez Komikku en ce début juillet, l’œuvre de Youhei Yasumura est drôle, passionnante et avec un trait classique, beau et efficace ! A découvrir au Renard Doré !

Nos autres lectures